Le Taekkyon (택견) : art martial coréen ancestral à mains nues,
enregistré par l’UNESCO au patrimoine immatériel de l’humanité en 2011.

Considération (배려)

Traiter l’adversaire avec considération, lui laisser des ouvertures pour s’exprimer.

Match (겨루기)

Deux manières traditionnelles de remporter le match:
frapper du pied le visage de l’adversaire ou
le faire tomber, sans saisir ses vêtements.

Formes (홀새김)

Harmonie de l’esprit (마음) et du corps (몸), seul-e ou à plusieurs

Ardeur (열심히)

Dépasser ses limites imaginées par
l’entraînement avec ardeur (열심히).

Co-prospérité (상생공영, 相生共榮)

Faire un effort supplémentaire pour ne pas blesser l’autre,
progresser ensemble et préserver la communauté.

Vidéos

Cours

Jeonsugwan (clubs) en Région Parisienne

Afficher Jeonsugwan de Taekkyon sur une carte plus grande

Horaires

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi
Paris 16e
Centre Culturel Coréen

12h30-14h
Paris 11e
République

14h30-16h30
Vigneux-
sur-Seine

20h00-21h45
Dojo COEGF
Bagnolet
Maison du Taiji

20h00-21h30
Adultes, ados & enfants
Paris 14e
21h00-22h
Salles de sport Guilleminot
Vigneux-sur-Seine
20h00-21h45
Dojo COEGF
Paris 17e
20h30-22h
Dojo Max Rousié
Bagnolet
Maison du Taiji

20h00-21h30
Adultes, ados & enfants

Centre Culturel Coréen (75016)

Jeonsugwan du 11e arrondissement
Jeonsugwan du 14e arrondissement
Jeonsugwan du 17e arrondissement
Jeonsugwan de Bagnolet (Seine-Saint-Denis, 93)
Jeonsugwan de Vigneux-sur-Seine (Essonne, 91)

Les formations

Enseignez le Taekkyon vous aussi et

participez au développement du Taekkyon en France et en Europe.

Contactez-nous pour plus d’informations sur nos formations.

L’association

Jean-Sébastien BRESSY 
Guillaume PINOT 
Madeleine d’YVOIRE 

Siège social: 
Téléphone: 
Email: 

Fondateur, enseignant, président & secrétaire
Fondateur, enseignant, trésorier
Responsable Communication

55, rue Jules Ferry, 93170 Bagnolet
+33 (0)6.1373.3240
contact@cftk.fr

Les statuts de l association

Historique

Liste des événements organisés par ou auxquels le CFTK a participé sous forme de démonstrations et/ou d’enseignement (séminaires, stages, ateliers…).

2014
2013
2012
2011
2010

Réseaux sociaux

#Paris #Chuseok #Taekkyon #Demo #acclimatation #scorpiokick

A photo posted by Taekkyon France 프랑스택견본부 (@taekkyon) on


Le Taekkyon

Considéré comme l’origine des arts martiaux coréens à mains nues,
le Taekkyon est reconnu au patrimoine culturel de l’UNESCO.
Sport de combat traditionnel et moderne, un match se gagne en plaçant un coup de pied au visage ou en faisant tomber l’adversaire, sans saisir les vêtements.

Le taekkyon s’est construit à travers les aléas de l’histoire coréenne, de son apogée à sa chute jusqu’à sa résurrection. De part son histoire avérée et sa philosophie de co-prospérité, le Taekkyon a été reconnu par l’UNESCO en tant que Patrimoine Culturel Immatériel en 2011.

Avec ses mouvements dansants, élastiques et son kihap (cri énergétique) rythmique unique, le Taekkyon évoque une danse même s’il s’agit d’abord d’un art martial et d’un jeu de combat ancestral.

Le pratiquant cultive une approche du mouvement naturelle et coulée, il est détendu mais rapide dans ses attaques tout en adoptant un esprit modéré dans la compétition. Pour gagner une partie il suffit de faire tomber l’adversaire ou de le frapper d’un coup de pied à la tête mais sans le blesser ni le mettre KO et sans saisir ses vêtements.

Considéré par les Coréens comme la forme originelle de leurs arts martiaux à mains nues, c’est aussi le seul art martial classé patrimoine culturel en Corée du Sud au même titre que le chant narré Pansori, les percussions traditionnelles Pungmul, ou encore les danses masquées Talchum.

L’aspect ludique du combat existe depuis de nombreux siècles. C’était un divertissement de la famille royale et aussi une épreuve de sélection militaire sous Goryeo (918-1392). Sous Joseon, il est devenu un jeu traditionnel pratiqué par les hommes et les enfants des classes populaires tout en étant boudé des aristocrates influencés par le néo-confucianisme.

Le Taekkyon était pratiqué de tous temps mais surtout lors de compétitions qui pouvaient durer plusieurs jours durant les fêtes annuelles comme celle du printemps « Dano » ou la fête de la moisson « Chuseok ».

Taekkyon 택견 :

Compétition où deux personnes face à face cherchent à se faire tomber avec des coups de pied. Il est aussi appelé Gak-hui (trad. : jeu avec les jambes)
Dictionnaire coréen

Durant l’occupation de la Corée de 1910 à 1945 par l’empire japonais qui va mettre en place une politique de suppression culturelle de l’occupé, les Coréens vont devoir parler la langue de l’occupant et prendre des noms japonais. Les pratiquants de Taekkyon sont menacés par la police et les compétitions doivent cesser.

Après la la guerre de Corée (1950-1953) et la partition de la Corée qui s’en suit, les efforts des Coréens sont dans la reconstruction du pays et il faut attendre le milieu des années 80 pour qu’une poignée de passionnés repopularise l’art martial en ouvrant des écoles dans tout le pays et remettent au goût du jour les compétitions lors des fêtes saisonnières.

Le Taekkyon est enseigné depuis 2010 en Région Parisienne par les maîtres Jean-Sébastien Bressy et Guillaume Pinot, importateurs en France et représentants officiels en Europe du Taekkyon.

Les enseignants

Jean-Sébastien Bressy

Jean-Sébastien Bressy

  • Fondateur du CFTK (2010)
  • Responsable pour le développement du Taekkyon en France et en Europe
  • Diplôme d’enseignant du Centre Mondial du Taekkyon (World Taekkyon Headquarters) (2008)
Guillaume Pinot

Guillaume Pinot

  • Fondateur du CFTK (2010)
  • Vice-responsable pour le développement du Taekkyon en France et en Europe
  • Diplôme d’enseignant du Centre Mondial du Taekkyon (World Taekkyon Headquarters) (2008)